Une étrange aventure de Be et Ing (1) (3/3)

3-Ing

Be à mon bras, la tige de réglisse dans l’autre, j’avais l’air carrément cool ! Mais bien sûr, comme les bons moments ne durent jamais, un énorme objet non-identifié s’écrasa à quelques mètres de nous. L’explosion souffla les sucre-d’orges, la rivière s’évapora d’un coup. Les bâtons de réglisse brûlèrent et l’herbe se consuma. Je protégeai Be comme je pus en faisant rempart avec mon corps. Nous nous étalions violemment par terre et une odeur de soufre emplit l’air.

 

Fin du chapitre 1

Une étrange aventure de Be et Ing (1) (2/3)

2-Be

Bonjour, heu, je, je m’appelle Be. Je, je suis un verbe. Heu, non, pardon, je suis une petite fille de 12 ans qui porte le nom d’un verbe. Je raconte la suite de l’histoire parce que… hé bien parce que Ing est trop honteux pour poursuivre.

Le Sucriard piqua vers Ing qui, surprit, arrêta un moment de nager… et coula. Oui, il tomba comme une pierre au fond de la rivière. L’oiseau, étonné par la soudaine et originale quoiqu’ involontaire disparition de sa proie, lâcha un (su)crit de dépit et s’éloigna furieusement.

Vous vous demandez – enfin peut-être – si j’étais présente au moment de l’attaque du Sucriard. Oui, j’étais sur place et je m’étais cachée derrière un énorme sucre d’orge pour observer Ing. Enfin, non, j’avais juste entendu un bruit, hein, c’était par curiosité que je m’étais approchée, pas parce que c’était Ing !

Donc, hum, j’attendis un moment avant de m’approcher prudemment de la berge. Des bulles d’air remontaient à l’endroit où Ing avait coulé et quelque chose me disait qu’il n’allait pas réussir à remonter tout seul. Je cueillis une tige de réglisse pour la plonger dans l’eau épaisse de la SRM. L’ange utilisa la perche improvisée pour se retirer de la rivière sournoise et regagner l’herbe tendre, en sécurité. Il toussa énormément et j’eus peur qu’il ne s’étouffe mais il se reprit vite. Je l’observais en silence et lorsqu’il s’en aperçut, il désigna ses ailes :

-J’ai volé !

Je lui souris et il se détourna pour essorer ses cheveux, son tee-shirt et… je cachai mes yeux derrière mes mains. Bon sang, Ing, un peu de pudeur !

Quand il eut fini de se sécher (j’avais à peine jeté un coup d’œil, à peine), il me raconta ses exploits en vol supersonique et autres qualités super cool qu’acquéraient naturellement les anges. Je l’écoutais d’une oreille attentive. Nous nous levâmes et j’époussetai ma robe. Ing s’approcha de moi, m’offrit son bras. La suite, j’avoue que je n’ai pas vraiment tout compris.

 

À suivre…

Une étrange aventure de Be et Ing (1) (1/3)

1-Ing

Alors, je voudrais vous prévenir, ce n’est pas tous les jours qu’il m’arrive ce genre de choses. D’accord, il m’arrive d’avoir des idées bizarres. Comme la fois où j’ai voulu utiliser un lave-linge pour me téléporter. Mais, je le répète, je ne suis pas tout le temps comme ça !

C’était un après-midi comme les autres, où je me promenais d’un air enjoué (et non pas niais comme l’assure Have) dans un parc. Il faisait beau, les oiseaux chantaient en rythme « Jingle Bells the Christmas of your Death » et les enfants s’amusaient gentiment (ou pas) dans l’espace qui leur était réservé. Bref, un sentiment de plénitude avait envahi mon être tout entier et, tout ange insouciant que j’étais, alors que le vent se levait, j’en profitai pour dégourdir mes ailes.

Mauvaise idée.

Je sais que les touffes de plumes collées à mon dos n’étaient pas grandes et magnifiques comme celles d’Ithuriel. Je sais qu’elles étaient plus décoratives qu’autre chose. Cela n’empêcha pas une brusque bourrasque de vent de m’emporter comme une feuille de papier journal. Je décollai.

Une petite précision. Je suis un ange de 1 mètre 30 qui pèse 15 kilos à tout casser, alors, imaginez à quel point j’ai du mal à contrôler ma trajectoire dans un courant d’air. Pour vous donner une idée plus précise, imaginez que vous devenez tout petit, disons, de la taille d’un stylo. Imaginez qu’ensuite, quelqu’un de malintentionné branche un ventilateur devant vous et l’allume à la puissance maximale. Vous comprenez maintenant ?

Mes ailes d’ange prirent facilement le vent et je m’envolai à toute allure, empruntant une trajectoire peu enviable. Je percutai une clôture, rasai un buisson, pris de la hauteur pour en perdre brusquement, tournai sur moi-même, m’accrochai en vain aux poteaux qui longeaient la Sainte Rivière Médiévale (SRM) et plongeai la tête la première dans son eau sucrée. Oui, l’eau de la SRM est sucrée.

Ah, mais mince, je ne vous ai pas dit ! J’étais actuellement sur l’Interface. C’est une planète-sas, un peu le point d’arrivée de tous les mondes. Vous vous téléportez sans savoir où vous allez ? Boum, vous vous retrouvez sur l’Interface. Vous plongez dans un portail sans réfléchir à votre destination ? Boum, l’Interface ! Cette planète est donc assez particulière : ses lois physiques varient au cours du temps, ce qui la rend peu prévisible. Pour ne pas dire carrément pas prévisible. Elle est assez semblable à la Terre car plusieurs continents (même s’ils jouent au billard) flottent à la surface d’un océan appelé le Laïta. Ces terres sont parsemées de forêts et lézardées de lacs, rivières et fleuves. Le petit plus (ou moins selon que vous soyez suicidaire ou raisonnable) est qu’une multitude d’états-nuages volent dans l’atmosphère poudreuse de l’Interface tels des barbe à papa géantes.

Tout à mes explications, je ne vais jamais finir mon histoire ! Donc, peinant à respirer, les vêtements rendus gluant par le sucre, j’entrepris de remonter la SRM à la nage, à la force de mes (petits) bras. Mais alors que j’entamai mon effort, un oiseau me survola. Vous pensez sûrement : « un oiseau ? Mais pourquoi il nous donne ce genre de détail dont on se moque complètement ? ». Justement par ce que ce détail compte. L’oiseau en question était un Sucriard. Devinez ce que mangent les Sucriards ? Du sucre (bravo, quelle perspicacité). Et j’en étais recouvert de la tête aux pieds. Autrement dit, je faisais la cible idéale.

L’oiseau cria – pardon, sucria – et plongea droit sur moi.

 

À suivre…

Une folle aventure de Raiponce, la princesse la plus malchanceuse de l’époque contemporaine 2/2

Il regarda sa camarade s’extasier devant les panneaux publicitaires qui clignotaient, inondant son visage de couleurs plus lumineuses les unes que les autres. Elle était jolie, très jolie même. Elle ne passait pas inaperçue dans la rue. Les garçons se retournaient sur son passage, les filles la dévisageaient avec envie…

Il se surprit à s’attarder sur ses yeux. Ils étaient d’un bleu tellement profond… Raiponce, sentant le poids de son regard, tourna la tête dans sa direction. Alejandro rougit fortement avant de se détourner. Cette visite prenait une tournure trop étrange ! Soudain, il eut une idée. Il jeta un coup d’œil à sa montre. L’après-midi venait de commencer. « Je connais un endroit que tu apprécieras sûrement beaucoup ! » dit-il à Raiponce, qui sauta de joie.

Ils entrèrent dans un grand immeuble. De la musique filtrait à travers les nombreuses fenêtres et les murs tremblaient légèrement au son des basses. À l’intérieur, des personnes dansaient, buvaient, fumaient.

013

Raiponce écarquilla les yeux : mais quelle était cette ambiance ? Elle écouta attentivement cette musique électronique totalement nouvelle pour elle et se mit à taper du pied en rythme. Alejandro la prit par les mains et l’entraina sur la piste de danse.

Ils restèrent un long moment dans la foule puis finirent par s’installer au bar. Alejandro commanda une boisson peu alcoolisée pour Raiponce qui n’avait vraisemblablement jamais pris d’alcool de sa vie. Malgré ces précautions, à la première gorgée, elle fut prise de vertige. Pendant qu’Alejandro parlait avec le barman, elle finit son verre d’un trait. Elle essaya de se lever mais tituba et failli tomber. Un inconnu la rattrapa in extremis. Voyant à quelle beauté il avait à faire, il lui proposa gentiment une cigarette. Raiponce, curieuse, l’accepta. Alejandro, se rendant compte que sa camarade n’était plus à ses côtés, la retrouva juste quand elle mettait la cigarette dans sa bouche. Enfin, quand elle essayait de la mâcher. Alejandro amena Raiponce dehors en fusillant du regard l’inconnu mort de rire (il avait tout de même assisté à une scène peu ordinaire).

Le jeune homme était bien embêté. Il soutenait une jeune fille ivre, très jolie, alors qu’il était dans sa tenue de travail. L’étrange couple se faisait remarquer plus que nécessaire. Il réfléchit. Il lui restait bien trois heures avant de ramener Raiponce chez elle, mais avec la jeune fille dans cet état, il ne pourrait physiquement pas remplir cette tâche. Gravir un nombre effroyable d’étage avec un poids mort ne le tentait pas plus que cela. Il ne pouvait pas non plus la laisser comme si de rien n’était dans une ville, un monde dont elle ne connaissait rien. Oui, il avait envisagé de l’abandonner lâchement. Mais il n’avait rien demandé, lui.

Alejandro mit du temps à trouver une solution évidente. Il lui suffisait d’amener Raiponce chez lui. Elle serait dans un endroit à la fois sécurisé et reposant pour se remettre de… on ne peut pas appeler cela une cuite lorsqu’il ne s’agit que d’un verre de la boisson la moins alcoolisée au monde.

Le jeune homme appela un taxi. Raiponce ne s’endormit durant le trajet. Alejandro, tendu, essaya de ne pas trop bouger lorsque la tête de la jeune fille se posa sur son épaule. Il resta immobile quand elle s’appuya de tout son poids sur lui. Il fut tout de même soulagé que le chauffeur s’arrête et lui demande l’addition. Raiponce remuait beaucoup trop dans son sommeil et avait petit à petit pris de plus en plus d’espace sur la banquette arrière du taxi pourtant assez grande pour accueillir trois à quatre personnes…

Raiponce ouvrit les yeux. Et se releva à une vitesse frôlant l’inhumanité. Elle était entourée de… non, elle se trouvait dans…

_Hey ! Enfin réveillée ?

014

Tournant la tête en direction de la voix, elle reconnut Alejandro. Il portait toujours les mêmes vêtements, mais il avait enfin l’air d’être à sa place. Elle sut pourquoi. Un carrelage doré s’étendait sous le canapé de marque bleu roi qu’occupait la jeune fille. Il scintillait tellement qu’il faisait mal aux yeux. Le tissu du lit – parce qu’un canapé de cette taille, ça s’appelle un lit ! – moelleux à souhait, donnait l’impression que l’on pouvait se perdre à tout jamais dans la douceur de son toucher. Alejandro, avec son sourire éclatant, sa beauté indéniable et sa posture droite et distinguée, irradiait la… richesse. Mais quelque chose clochait. Raiponce allait mettre le doigt dessus lorsque le monde vacilla. Elle eut juste le temps de voir Alejandro se précipiter vers elle, l’air gêné avant qu’un océan bleu roi et or ne l’engloutisse dans le pays des rêves.

Quelque chose ne tournait vraiment, mais alors vraiment pas rond…

 

L’après-midi cédait sa place au soir lorsque Raiponce ouvrit timidement les yeux. Se rappelant les péripéties de la journée, elle se releva brusquement du canapé et observa les lieux, en quête d’une horloge ou de tout autre objet pouvant lui indiquer l’heure. Alors qu’elle déambulait dans une suite de pièces plus éclatantes les unes que les autres, Alejandro la rattrapa.

_Enfin réveillée, belle aux bois dormant ? l’interpella-t-il, fier de sa blague. Appeler Raiponce la belle aux bois dormant, hilarant non ?

La jeune fille se retourna, ennuyée. Il se figea, embarrassé d’avoir plombé l’atmosphère tout seul. Il aborda un sujet presque aussi lourd que le précédent :

_Il va bientôt être temps de rentrer.

Raiponce le regarda avec des yeux de cocker puis soupira avant d’acquiescer. C’est ainsi que les deux jeunes gens se mirent en chemin, direction…

_Heu, fit Alejandro, tu habites vraiment au dernier étage de l’empire state building ?

_Oui pourquoi ?

Le jeune homme ne répondit pas. La situation le mettait de plus en plus mal à l’aise. Une jeune fille, enfermée depuis sa naissance dans un endroit aussi inaccessible que cette immense tour ? Il savait bien qu’il y avait un problème. Malheureusement, trop d’éléments lui échappaient encore pour qu’il puisse réellement soupçonner… un enlèvement ou quelque chose comme cela. De plus, Raiponce semblait trouver la situation totalement normale. Oui, mais si elle était enfermée dans cet immeuble depuis toute petite… Ah, ses pensées tournaient en rond. Alejandro soupira et accéléra la cadence.

Au pied de l’empire state building, Alejandro observait Raiponce faire les cents pas. Elle cherchait l’entrée… Il faut dire qu’elle s’était échappée de sa prison avec un élévateur ! Elle ne savait pas qu’il existait des escaliers parcourant la tour et desservant chaque étage, y compris le sien. Le jeune homme guida donc la jeune fille jusque devant sa porte. Le trajet – extrêmement long car l’ascenseur était en panne – se fit dans un silence étouffant. Raiponce avait la gorge trop nouée par l’émotion pour dire quoi que ce soit. Elle n’allait surement jamais revoir le laveur de vitre, qui avait été son premier contact avec cette immense et merveilleuse ville… Alejandro, de son côté, se faisait de souci pour son amie. Oui, désormais il la considérait comme une amie, même si il n’allait surement jamais pouvoir la guider à nouveau dans cette ville qu’elle aimait tant… Il sourit amèrement en se remémorant les réactions de la jeune fille face à la télé, à la foule, aux magasins.

Ils étaient arrivés. Il était 18h46, les derniers rayons du soleil atteignaient encore le sommet de l’immeuble et éclairaient les visages des deux amis. Il était temps de se dire au revoir. Ou plutôt, adieu.

Alejandro commença, embarrassé :

_Cela aura été un plaisir de te servir de guide durant cette journée. Je…

Raiponce sauta dans ses bras, ne pouvant plus retenir ses larmes.

_Merciii, c’était le meilleur anniversaire que j’ai jamais euuuuu… sanglota-t-elle.

Le jeune homme lui tapota doucement la tête et la serra affectueusement contre lui. Il la garda dans ses bras le temps qu’elle se calme. Un bruit interrompit ce moment plein d’émotions. Les deux amis se séparèrent l’un de l’autre – au grand regret d’Alejandro – et s’approchèrent silencieusement de la porte. Plus qu’un bruit, les murmures d’une conversation filtraient à travers l’épaisse couche de métal.

015

_Bla, bla…on a le matériel pour l’attentat… il reste à fixer le lieu et la date… attendez je note… oui, on a les armes et out ce qu’il faut, combien de fois il faudra le répéter…

016

Les deux amis pâlirent. Les mots parlaient d’eux-mêmes, les parents de Raiponce planifiaient un attentat ! La jeune fille se passa une main sur le visage, choquée de cette découverte déroutante. Elle avait toujours su que ses parents avaient un métier risqué, ils voyageaient souvent, utilisaient un matériel de pointe, mais elle n’aurait jamais cru que… Alejandro posa une main réconfortante sur son épaule. Il était d’un calme inquiétant. Raiponce le dévisagea et il chuchota :

_A ton avis, ils ont découvert que tu avais disparu ? Parce que s’ils te cherchent, on n’a pas intérêt à rester là…

Alors qu’il prononçait le dernier mot, la porte s’ouvrit brusquement. Les parents de Raiponce, ou plutôt les terroristes observaient les deux jeunes gens d’un regard cruel.

Les ToonZs! #4

Ce Z à côté du S donne envie de s’arracher les yeux! Toonz au singulier fait beaucoup moins mal à l’orthographe.Gag #004 v2Brice a de nombreux talents cachés qu’il ne manque pas d’exposer au grand public : Aurore a remarqué que certains d’entre eux pouvaient s’avérer dangereux.

1 2 3